Antibiotic prophylaxis in orthopedic surgery

Antibiotic prophylaxis in orthopedic surgery; has the time to reconsider th current practice arrived?
Elisha Krasin, Yaniv Warschawski, Samuel Morgan, Michal Dekel - Tel Aviv University, Tel Aviv, Israël

Contexte 

Les pratiques d’antibioprophylaxie péri-opératoires ont peu changé ces 50 dernières années. L’incidence de la résistance à la méthicilline parmi les staphylocoques a augmenté de même que la multirésistance chez les bactéries à gram négatif.

Objectif

Déterminer si l’usage d’une céphalosporine de première ou 2ème génération est toujours efficace contre les micro-organismes les plus fréquemment retrouvés dans les infections de site opératoire compliquant la mise en place de prothèse de hanche, genou ou les chirurgies traumatiques de fractures (ouvertes ou fermées) avec pose de matériel (interne ou externe).

Méthode

 Il s’agit d’une étude israélienne rétrospective portant sur les résultats microbiologiques des prélèvements peropératoires réalisés lors de reprises opératoires moins de 6 mois après la chirurgie initiale. L’étude est réalisée sur 2 périodes distinctes pour comparaison : 2014-2015 et 2018-2019.

Résultats 

4103 chirurgies dont 860 prothèses de hanche ou genou (809 sur la 2ème période) et 3243 (3403 sur la 2ème période) pour traumatisme orthopédique ont été réalisées sur la période 2014-2015.

2,3% des patients repris dans les 6 mois de la pose de prothèse ont des prélèvements peropératoires positifs (versus 1,6% pour la 2ème période) tandis que ce sont 3,6% des patients repris dans les 6 mois de leur chirurgie traumatique qui ont des prélèvements peropératoires positifs (versus 3,5% en 2ème période). Le pourcentage moyen de prélèvements à Staphylocoque est de 51%, toutes chirurgies et périodes confondues.

Staphylococcus epidermidis est retrouvé dans 25% et 21,8% des prélèvements sur prothèse et dans 13,2% et 12,9% des prélèvements sur reprise de chirurgie pour traumatisme sur les 2 période respectivement. Le pourcentage moyen de prélèvements à BGN est de 39,6%, toutes chirurgies et périodes confondues. 35% des prélèvements sont polymicrobiens en première période (contre 15,9% en 2èmepériode), avec une incidence plus élevée pour les chirurgies traumatiques (38,4 % et 36,9% pour les 2 périodes).

La résistance de Staphylococcus epidermidis à la methicilline atteint 83% sur la 2ème période (55% sur la première) et celle aux C3G pour les BGN varie de 22% à 11% sur la deuxième période.

Conclusion/Discussion

Une antibioprophylaxie péri-opératoire optimale devrait être active contre les staphylocoques résistants à la methicilline et avoir une protection plus adaptée contre les BGN. Les C1G ou C2G n’apportent pas la protection nécessaire et un nouveau consensus devrait être obtenu.

Article résumé par le Dr Marion Baldeyrou, Infectiologue, CHU Rennes.